Gambar halaman
PDF
ePub
[graphic][merged small]

SCULPTURE. 0000-000000 ANTIQUB. ocro.co. MUSÉE PIO-CLÉMENTIN,

SACRIFICATEUR.

Il n'est pas de statue qui l'emporte sur celle-ci pour la beauté des draperies, et l'exécution en est si parfaite qu'on pourrait presque dire que le marbre fait illusion par sa souplesse et par la légèreté avec laquelle les plis sont jetés.

Le vêtement de cette statue est la toge romaine, manteau semi-circulaire d'une telle ampleur qu'il enveloppait le corps par un triple tour : l'une de ses extrémités tombe près du pied gauche, passe d'abord sur l'épaule du même côté, tourne ensuite autour du torse sous le bras droit, puis revient une seconde fois sur l'épaule gauche; l'autre extrémité tombe enfin par derrière en descendant jusqu'au talon. Dans cet arrangement de la toge, les plis pouvaient être variés à l'infini, suivant le goût ou le caprice de celui qui la portait; mais, parmi ces manières, il serait difficile d'en trouver une qui offrit plus d'élégance et de noblesse que celle que présente cette draperie. Dans cette statue, la toge, au lieu de s'arrêter sur l'épaule gauche lors de son premier tour, monte jusque sur la tête qu'elle enveloppe et qu'elle pourrait couvrir tout-à-fait, suivant l'usage constamment observé dès la plus haute antiquité.

Cette statue, en marbre de Paros, était à Venise dans le palais Giustiniani; achetée par un Anglais, elle fut transportée à Rome pour être restaurée. Le pape Clément XIV en fit l'acquisition, et la plaça au Vatican. Les deux mains sont modernes, mais la tête est antique; cependant elle a été détachée, et pourrait bien ne pas appartenir à la statue.

Haut, 6 pieds 10 pouces.

SCULPTURE. ----ccccccc. ANTIQUE. cooccroc PIO-CLEMENTINI MUSEUM.

[ocr errors][merged small]

This statue is unsurpassed for the beauty of its drapery; and the execution is so perfect, that it might be almost said, the marble creates an illusion, by the flexibility and lightness with which the folds are thrown.

The garment is the roman toga, a semi-circular mantleso ample that it girded the body three times : one of the ends falls near the left foot, passes at first over the shoulder of the same side, goes round the bust below the right arm, then turns a second time over the left shoulder; finally the other extremity, falls behind, reaching the heel. In this arrangement of the toga the folds might be varied a thousand ways, according to the taste or caprice of the wearer; but, among them all, it would be difficult to find one, offering more elegance and dignity, than that, displayed in the drapery before us. Here the toga, instead of stopping at the left shoulder on its first round, ascends over the head, which it envelopes, and can thus cover it completely, according to the custom constantly observed from the remotest periods of antiquity.

This statue, of Parian marble, was at Venice, in the palazzo Giustiniani; being purchased by an Englishman, he had it conveyed to Rome to be restored, and sold it there to pope Clement XIV, who placed it in the Vatican. The two hands are modern, but the head is antique ; it has however been separated, and perhaps does not belong to the statne.

Height, 7 feet 3 inches.

« SebelumnyaLanjutkan »