Gambar halaman
PDF
ePub

avocats de faire retentir les voûtes augustes du temple de Thémis.

Tous nos Spectacles ont fait des efforts extraordinaires pour intéresser l'attention de M. le comte de Haga. L'Académie royale de Musique a remis, dans l'espace de trois semaines, huit ou dix opéras différens (i), plus qu'on n'en donnait autrefois en deux ou trois ans, plus qu'on n'en pourrait voir durant le Carnaval, en parcourant les principales villes de l'Italie. Les Comédiens français se sont empressés de remettre toutes les pièces qu'il avait paru désirer de voir, le Siège de Calais, le Roi Léar, le Jaloux, le Séducteur, l'Impatient, les Rivaux amis, etc. La première fois que monsieur le Comte honora ce spectacle de sa présence on donnait le Mariage de Figaro; il arriva au moment où le premier acte allait finir. Par un mouvement d'égards et de respect d'autant plus flatteur qu'il ne pouvait être ni prévu, ni préparé, le public ordonna aux Comédiens de recommencer la pièce. Quoiqu'une attention si française, si juste et si bien sentie ait pu coûter aux principaux acteurs, jamais la pièce ne fut mieux jouée, ni plus vivement applaudie. Madame Dugazon, qui relève d'une maladie infiniment dangereuse et que nous avions craint de perdre pour toujours, a reparu la première fois,

(i) Armïde• les deux Iphigénics de Gluck, Didon, Ays, la. Caravane, Castor, le Seigneur bienfaisant.

pour M. le comte de Haga, dans Biaise et Babet: quelque intérêt qu'elle ait toujours donné à ce rôle, son talent y a déployé un charme plus séduisant encore et des grâces toutes nouvelles. C'est depuis l'arrivée de cet illustre voyageur qu'on s'est hâté de donner à ce Spectacle VEpreuve Villageoise, dont nous avons déjà eu l'honneur de vous rendre compte, et le Dormeur éveillé de MM. Marmontel et Piccini, dont l'analyse se trouvera dans notre prochain envoi. Tous nos Théâtres ont été bien récompensés de leur zèle et de leur empressement par l'affluence de monde que leur attirait la présence de M. le comte de Haga, qui a daigné se trouver souvent le même jour à deux ou trois spectacles différens.

FIN DU TOME SECOND.

•Le Mort marié , comédie , de Sedaine , 27.

Le Feu , par Roy; Ariane, Apollon etDaphné, actes d'opéras , 28:

Essais sur la Physiognomonie, par Lavater. Physionomie de Socrate, de d'Alembert, 32.

Chanson du duc de Nivernois à la marquise de Boujflers , 49

Vers de Florian à Michu et madame Trial, 5o.

Zoraï, 'tragédie, de M. Marignié , 5i.

Anecdote sur Voltaire, 54

Traité d'un Avare avec lui-même, 55.

Le Diable Boiteux, comédie, deFavart. Parodie du Tibère de M. Fallet, par M. Radet, Tom-Jones à Londres, comédie, de M. Desforges , ibid.

Les Amans Espagnols, comédie. Beaumarchais , 67.

Essaisurï Architecture théâtrale, par M. Patte>

59Quatrain sur Pierre, ibid.

Lettre de M. de Villette à la comtesse de

Coaslin, 6o. IjC Mariage in extremis; la Coupe des foins ,

vaudevilles de MM. Piis et Barré. Querelle

plaisante entre Dugazon et d'Azincourt, 61. Les Rivaux amis, comédie, de M. Forgeot, 64 • De la manière d'écrire l'Histoire , par Mably.

Voltaire. Hume. Gibbon. Raynal, Tacite,

66.

Epigramme sur madame Duvivier, ^^.
Lettre du Roi de Suède au prince de Nassau, ibid.

L'Embarras des Richesses, comédie lyrique.
Couplets sur cette pièce , ^5.

La Nouvelle Omphale, comédie, de M. tde

Bcaunoir, 76. Le Vieux Garçon, comédie, de M. Dubuis

son, 77. La Vieille de seize ans, romance, de M. Grou

velle, 79.

Charade-calembour sur un Nicolas , 80.
Epigramme de M. de Ximènes sur Mably, ibid.

Vers de la comtesse de Bussi à la Reine ,81.
Billet plaisant, ibid.
L'Indigent, drame, de M. Mercier. Anacci-

mandre , comédie , de M. Andrieuac , 82. L'Espion dévalisé, brochure. Madame la Dau- phine. M. de Silhouette. Distraction de Louis XV. Pezai. Turgot. Thomas. M. Nec- ker. Maurepas. Epigramme contre Duras;83. Vie privée des Français, par Le Grand

d'Aussy. M. de Paulmy , 86. Mémoire sur le passage du Nord, par le duc

de Croy ,88. Recueil de Pièces intéressantes sur les règnes de Louis XIII et Louis XIV, par M. de

La. Borde. Marion de l'Orme, 89. Les Paradis , pièce en vers ,91. La Création , poème, 9S. Très-humbles Remontrances dujidèle Berger,

par le comte de Thiard (en vers ) , 94. Etrennes scandaleuses du duc de Penthièvre à

mademoiselle d'Orléans, 95. Isabelle et Ferdinand, comédie, 97. Electre, tragédie, de Rochefort, 98. Les Trois Grâces du nouveau Monde, conte en vers, parle chevalier de Chastéllux, 99.

« SebelumnyaLanjutkan »